Alien Isolation

Alien Isolation 1.0

Le huitième passager est juste derrière vous

Alien Isolation n'aurait pas démérité dans la série Alien. A la différence des derniers jeux Alien, focalisés sur l'action, il opte pour une ambiance d'horreur claustrophobe fidèle aux films originaux, alors que vous explorez la station abandonnée de Sebastopol. C'est le meilleur jeu Alien qu'on ait vu depuis longtemps, un survival horror dans sa plus effroyable expression. Lire la description complète

Les plus

  • Excellents graphismes, au niveau technique comme artistique
  • Alien vraiment terrifiant
  • Choix de design cohérents en général
  • Traceur de mouvements à la fois emblématique et salvateur

Les moins

  • Parfois difficile de localiser l'objectif
  • Durée de vie gonflée par les temps morts
  • Système de checkpoint moyen
  • Quelques éléments de décor dissonants

Très bon
8

Alien Isolation n'aurait pas démérité dans la série Alien. A la différence des derniers jeux Alien, focalisés sur l'action, il opte pour une ambiance d'horreur claustrophobe fidèle aux films originaux, alors que vous explorez la station abandonnée de Sebastopol. C'est le meilleur jeu Alien qu'on ait vu depuis longtemps, un survival horror dans sa plus effroyable expression.

Seule, dans l'obscurité

Alien Isolation ne vous met jamais à l'aise. En fait, avec des ennemis capables de vous annihiler en moins de deux, votre instinct vous crie de courir vous mettre à l'abri. A raison: votre seule chance de salut, dans Sébastopol, repose sur la ruse, l'esquive et la discrétion.

On en a tout de suite la confirmation. A l'aide des contrôles pour se pencher, j'ai pu observer depuis une passerelle comment l'Alien ne faisait qu'une bouchée d'une escouade de survivants humains, pourtant armés. Ensuite, la créature a disparu par un conduit de ventilation et j'ai cru que je pourrais continuer ma route. C'est alors qu'un bruit suspect m'a mis la puce à l'oreille: la bête était sur mes pas... Lorsque je me suis retourné, c'était trop tard.

De retour à ma dernière sauvegarde manuelle (n'oubliez pas de sauvegarder régulièrement), j'ai pris le même chemin. Échaudé par l'expérience, j'avançais discrètement sur la passerelle, prêt à m'enfuir. Une fois encore, je me suis penché, guettant le moment où l'Alien allait prendre le conduit de ventilation, lorsque tout à coup il se met à courir dans ma direction. Paralysé par la frousse, je l'ai vu passer près de moi sans me remarquer. J'ai eu de la chance, mais j'avais appris une leçon: les mouvements de l'Alien ne suivent aucune logique, et il pouvait me tomber dessus à tout moment.

Isolation crée une ambiance tendue en vous forçant à patienter. Il vous faut attendre des ascenseurs, esquiver des ennemis, trouver des objets et résoudre des puzzles afin de progresser dans les niveaux. Mais quoi que vous fassiez, où que vous vous cachiez, vous restez à la merci du monstre.

Cris et tâtonnements

Dans son concept, Alien Isolation est un jeu de tir à la première personne qui n'a presque jamais recours au tir. Il y a bien des armes, mais vous ne les utilisez qu'en dernier recours.

Amanda est capable de se constituer un arsenal en réutilisant des objets divers de la station. Une fois qu'elle a trouvé les plans, elle peut recycler toutes sortes d'objets pour se frayer un chemin vers son objectif, en relative sécurité.

Les menus intuitifs permettent de construire facilement des objets, mais l'absence de fonctionnalité automatique vous force à sélectionner manuellement les pièces -un vrai challenge alors qu'un monstre cherche à faire de vous son quatre-heure. Chaque objet a ses avantages, mais j'ai apprécié particulièrement la machine à bruit (noise maker), qui permet de détourner l'attention des ennemis.

Alors que le jeu se contrôle comme un FPS, la structure du gameplay rappelle les meilleurs survival horror. Ceci inclut de nombreux puzzles, ainsi que pas mal de retours sur vos pas. Avec des objectifs pas toujours clairs, Alien Isolation vous force à consulter votre carte plus que de coutume, ce qui peut sembler frustrant. Cependant, une fois que vous maîtrisez le traceur de mouvements, il est plus facile de vous orienter.

Cet accessoire emblématique du film ne se contente pas de vous alerter sur les dangers environnants, il permet aussi d'afficher votre prochain objectif. Il est peut-être votre meilleur allié, mais à cause d'un brouillage de la vision lorsque vous l'utilisez (restitué par de superbes effets spéciaux de dé-focalisation), Alien Isolation vous empêche de trop l'utiliser.

Sursautez au moindre bruit...

Alien Isolation parvient parfaitement à convoquer l'ambiance visuelle du film de 1979, avec une foule d'éléments futuristes rétros, comme des moniteurs à tube cathodique, des sas à ouverture pneumatique et des textures sombres au style industriel. A la fois suranné et high tech, il devrait ravir les nombreux fans du film.

La station Sebastopol ne fait pas que restituer un futur étrange et anachronique du film Alien, c'est un univers rétrograde et décadent à elle toute seule. Autrefois sous l'égide de l'entreprise Seegson, aujourd'hui en faillite, elle est désactivée et mise à sac par ses propres habitants, qui luttent pour rester en vie face à l'Alien et à l'Intelligence Artificielle dégénérée de la station, Apollo.

Apollo dirige les androïdes-à-tout-faire de la station. Loin des machines animées vues dans les films, il s'agit de versions factices et caoutchouteuses d'être humains - un choix de conception qui peut expliquer l'échec commercial de Seegson. Malgré une apparence affable, ils se révèlent rapidement agressifs si vous désobéissez à leurs instructions. Leurs visages sans émotion sont particulièrement inquiétants et leur donnent l'aspect de spectres quand ils patrouillent dans les couloirs de la station.

Les personnages humains ont bénéficié du même niveau impressionnant de détails, comme les gouttes de sueur sur le front quand le danger se précise. Ça n'a l'air de rien, mais ça en dit long sur la vie dans l'espace, avec un équipage forcé de respirer le même air humide et recyclé.

Bien sûr, la star du jeu est l'Alien xénomorphe. Évoluant dans le décor avec la grâce et la dextérité d'un chasseur, il glace le sang et fait perdre ses moyens à chaque apparition. Le design emblématique du graphiste H. R. Giger, père de l'Alien du film, est toujours aussi impressionnant et renforce la sensation angoissante d'être sans cesse observé...

Commencez à courir

Alien Isolation mettra vos nerfs à rude épreuve: c'est une expérience exténuante qui vous maintient dans un état de tension continue. C'est à la fois son point fort et son point faible, car avec une durée de vie de presque 20 heures, ça peut être éprouvant.

Dans le lot, il y a environ 8 heures excellentes, qui rendent le jeu vraiment spécial, mais on compte aussi 10 bonnes heures de remplissage, où il vous faut revenir sur ses pas pour ouvrir des portes auparavant fermées. Mais après tout, ces moments de faible intensité sont peut-être nécessaires pour rendre encore plus prenants les épisodes de tension.

Bien que je recommande chaleureusement Alien Isolation, soyez prévenus: c'est une expérience éprouvante, à déconseiller aux âmes sensibles.